dimanche 30 octobre 2022

Ubucédaire

[...]

 

 [...]
 
édité par Guillaume Pô
Illuminé de dessins de Pierre Bonnard
turpidement empruntés
aux Almanachs illustrés de 1899 et 1901 
(58 p., 2022)
 

lundi 24 octobre 2022

« Tout à fait sic »

 

*********************************


 Bulletin de l’Association Georges Perec, n° 2

mars-avril 1983, page 5


*******************

Les numéros 1 à 79 du Bulletin sont disponibles en accès libre pour consultation et téléchargement sur

https://www.associationgeorgesperec.fr/

 

(Vielen Dank à Philippe Mouchès, via Marcel Navas,
pour la réalisation du détournement graphique.)


jeudi 20 octobre 2022

* * *

 
Emily Dickinson
(seule photographie connue)
 

Francesca Woodman 
(autoportrait)
 
 
Vivian Meier
(autoportrait)
 
***
 
 « Emily Dickinson, la poète recluse qui s’est enfermée dans la maison familiale jusqu’à sa mort ; Francesca Woodman, la photographe prodige qui s’est jetée par la fenêtre à l’âge de vingt-deux ans ; Vivian Maier, la nourrice mystérieuse qui est décédée seule en laissant derrière elle des centaines de milliers de photographies non développées. Est-ce cela ou tout le reste, qui est littérature ? Quelle existence se suffirait d’une phrase ? Ces trois descriptions couramment retenues empêchent par exemple de se représenter la sociabilité de chacune, hors norme, mais réelle, excentrique, d’un contact mémorable pour qui les a connues intimement ou brièvement côtoyées (toutes trois avaient des voix singulières : celle d’Emily Dickinson était comme un souffle ; celle de Francesca Woodman, celle d’une souris, et celle de Vivian Maier faisait entendre un amusant accent français du fait de ses origines maternelles). »

Marion Grébert, Traverser l’invisible. Énigmes figuratives de Francesca Woodman et Vivian Maier, 63 illustrations, L’Atelier contemporain, 2022.


 


 

samedi 15 octobre 2022

recourber




                                                                              Étienne Gros

vendredi 7 octobre 2022

loi des séries

 

Après

JMG Le Clézio,

Patrick Modiano,

Annie Ernaux,

il se murmure

que Guillaume Musso

commence à croire sérieusement à ses chances.


samedi 1 octobre 2022

Cher au cœur


 « Dans ce monde oscillant entre épicurisme et jansénisme, entre le hasard et l’arbitraire, où les êtres comme l’écriture ne tiennent qu’à un fil, au simple changement d’une lettre ou d’un mot, Jean Echenoz agit en pur romancier de la grâce, une grâce qu’il dispense sans compter, dans la double et complète acception esthétique et théologique du terme, la première étant l’image de la seconde, toutes deux réunies en l’infinie fragilité, toujours susceptible d’être remise en jeu, d’un geste souverain. »


« Jean Echenoz et le clinamen », William Marx, in Cahier de L’Herne Jean Echenoz (p. 24)

• • • 

https://www.sitaudis.fr/Parutions/cahier-de-l-herne-echenoz-1664029309.php