lundi 29 juin 2009

triangle mag(n[if/ét])ique

3 commentaires:

A. a dit…

Dardant des yeux de homard :
« Ah! Mon Dieu! Quel vol macabre!
Voilà qui m'abracadabre
− disait Dujardin-Beaumetz,
En son langage d'esthète- ... »

R. Ponchon, La Muse au cabaret, Le Vol de la « Joconde », 1920, p. 235

Monsieuye Am Lepiq a dit…

Je dirais même plus :

ABRACADABRANTES(QU/THÈT)E !

Appas a dit…

Jamais la magie n'abolira le A.