vendredi 11 avril 2014

vendredi 4 avril 2014

aux bains (de mer)


« Là, en faisant saler l’eau de sa baignoire et en y mêlant, suivant la formule du Codex, du sulfate de soude, de l’hydrochlorate de magnésie et de chaux ; en tirant d’une boîte soigneusement fermée par un pas de vis, une pelote de ficelle ou un tout petit morceau de câble qu’on est allé exprès chercher dans l’une de ces grandes corderies dont les vastes magasins et les sous-sols soufflent des odeurs de marée et de port ; en aspirant ces parfums que doit conserver encore cette ficelle ou ce bout de câble ; en consultant une exacte photographie du casino et en lisant ardemment le guide Joanne décrivant les beautés de la plage où l’on veut être ; en se laissant enfin bercer par les vagues que soulève, dans la baignoire, le remous des bateaux-mouches rasant le ponton des bains ; en écoutant enfin les plaintes du vent engouffré sous les arches et le bruit sourd des omnibus roulant, à deux pas, au-dessus de vous, sur le pont Royal, l’illusion de la mer est indéniable, impérieuse, sûre.
« Le tout est de savoir s’y prendre, de savoir concentrer son esprit sur un seul point, de savoir s’abstraire suffisamment pour amener l’hallucination et pouvoir substituer le rêve de la réalité à la réalité même.
« Au reste, l’artifice paraissait à des Esseintes la marque distinctive du génie de l’homme. »

J.-K. Huysmans
À rebours

samedi 29 mars 2014

orientation bibliographique


Pour vous préparer sereinement à l’épreuve tant redoutée de la dic-té-eu, vous lirez — ou consulterez — toujours avec profit :

— l’Abrégé du Code typographique à l’usage de la presse ;
— Accents et autres signes diacritiques : pour un usage raisonnée ;
— Accords parfaits ;
— « L’acquisition des finales homophones en -er/-é/-ais… à l’école élémentaire et au collège, entre phonographie et morphographie » ;
— Approches didactiques contrastées et compétences orthographiques ;
— le Bref… (ou « Abrégé des règles typographiques en usage au département lecture-correction Larousse ») ;
— Caractères, polices : l’Œil de la lettre ;
— C’est ma très grande « pheautteux » ! ;
— « Cirier, Brisset, Dubuffet, Queneau… : quelques ortho-grapheurs aberrants » ;
— la Clarté française : ses principes illustrés à la lumière de nombreux exemples, suivi d’une Table des solécismes les plus fréquents accompagnés de leurs solutions ;
— « Le classement alphabétique des listes de titres. Une approche rationnelle et originale » ;
— De la norme : qui décide ? De l’Académie à la rue ;
— De la phantaizy dans la grafy ;
— « De la règle des capitales et du bon usage de l’italique dans le traitement typographique des titres » ;
— Des particularités maison en usage à l’Imprimerie nationale ;
— Des tolérances orthographiques ;
— le DHOF (pour Dictionnaire historique de l’ortho-graphe française) ;
 le Dictionnaire des pièges, des difficultés et des plus ou moins heureuses subtilités de la langue française ;
— Dis-moi comment tu orthographies, je te dirai qui tu es ;
— « “Emplois critiqués” et “emplois critiquables” : des contradictions entre les différents dictionnaires d’usage courant » ;
— la Grammaire des fautes ;
— la Grammaire telle que l’on tenta de me l’expliquer, & Celle que vous comprendrez ;
— le Grand — ou, à défaut, le Petit — Robert ;
— Initiation à la préparation de copie et à la correction des épreuves ;
— l’Instruction pour diviser les mots à la fin des lignes à l’usage des dyslexiques se destinant à la composition typo-graphique ;
— Liaisons & Élisions
           le Littré (& le Fontanier) ;
— Manuel de morphologie du français ;
— Objectif : zéro faute ;
   « Orthographe d’usage ou orthographe des règles ? » ;
Orthotypographia. Traité nécessaire pour ceux qui vont corriger des livres imprimés & Conseils à ceux qui vont les publier ;
— Pataquès et Chausse-tra(p)pes ;
— le PLi (Petit Larousse illustré) ;
— Phonétique et phonologie : une distinction ;
— les « Rapports sur les rectifications de l’orthographe française — quelques recommandations » ;
— « La réalisation de l’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir. De l’influence de quelques variables linguistiques et sociales » ;
— le Roman de l’orthographe. Au paradis des mots avant la faute (1150-1694) ;
— le « Thomas », évidemment ;
— Toute l’orthographe pratique (TOP) ;
— le Tut (ou le Traité des usages typographiques) ;
— Un correcteur fou à l’Imprimerie royale ;
— Un point, c’est tout ! La ponctuation expressive ;
— Vive l’aurtograf ! ;
— la Vraie Horthographe rendue phacylle ;

… ainsi que les comptes rendus et annales des diverses commissions officielles de lexicographie et de lexicologie françaises.

jeudi 20 mars 2014

revue


Miss Baker semble être venue aux Folies Bergère après avoir participé à un spectacle nègre qui avait déclenché une tempête à Paris. Quand les girls y étaient apparues « telles que » et avaient « secoué la chose », les bons Parisiens (qui plus que tout peuple sur terre peuvent se montrer respectables) objectèrent, et si fortement, que les girls furent obligées de revêtir une respectable semi-nudité. C’est du moins ce qu’on raconte. Toujours est-il que Miss Baker s’échappa aux Folies Bergère. Et là, votre humble serviteur peut en témoigner, il n’est rien qui soit le moins du monde respectable, semi-nu, ou autrement insatisfaisant dans la tenue de Miss Baker — qui consiste en quelques bananes et nul autre bijou. Bref, les Folies Bergère ont permis à Joséphine Baker d’apparaître — pour la première fois sur scène — telle qu’elle est.
[…] Aux Folies Bergère, la revue fait usage d’idées, odeurs, couleurs, Irving Berlin, nus, tactilités, escaliers escamotables, trois dimensions, feux d’artifice, pour intensifier Mlle Joséphine Baker.

E. E. Cummings, « VIVE LA FOLIE ! », Vanity Fair, sept. 1926
in Paris, Seghers, « Poésie d’abord », éd. bilingue, traduit et présenté par Jacques Demarcq, 2014, 160 p.


dimanche 9 mars 2014

« Ça demande un minimum d’assemblage. »



Lire une phrase après l’autre — chacune séparée de la suivante par deux lignes de blanc —, lire une phrase sur deux, lire une phrase sur trois… entendre 5 sur 5, revenir de huit pas en arrière… enjamber sept pages… enchaîner chaque avant-dernier fragment de page…

« Y’a de la reverb’ » — calculée ou pas, redoutée ou recherchée —, comme on le dit dans le domaine du son, de l’acoustique (repérez-vous aux oreilles, en chair et en corne, ou en creux), voire celui de la musique — soit des échos, ondes, reflets, bonds et rebonds, appels et rappels (marabouts’de ficelle), des correspondances, des dérivations, des accrocs.

Suivre ou non les consignes, les conseils ; détecter les mises en garde et les mises en boîte (« exercice du CE1 : entoure les verbes dans un encadré ») et en abyme.

Prouver s’il en était besoin qu’une phrase simple au sens grammatical (« une phrase simple ne contient qu’un seul verbe conjugué » — aussitôt : quand et pourquoi un verbe est-il considéré comme conjugué ? venant à l’esprit) peut s’avérer éminemment complexe.

Bref, inventez vous-même votre parcours, faites vous-même votre expérience, aventurez-vous (« c’est pour mieux sauter mon enfant »)…


Tissage est l’une des mamelles. (p. 27)

Au commencement est le verbe. (29)

Se succèdent à un rythme. (31)

Le décalage est la seconde mamelle. (34)

Combien y en a-t-il au total ? (35)

Le verbe est au commencement. (49)

Certaines phrases passent plus difficilement. (70)

Par conséquent, il est primordial d’apprécier les intervalles. (73)

Entre deux lignes serait une façon de dire. (103)


Livre exigeant. Exigeant quoi ? Votre libre lecture — propre, instable, improvisée, accidentée, déstabilisante, originale ; toutes qualités issues de quel free jazz ?…

« Écrire [et lire, par la même occas’], semble nous dire Bruno Fern, consiste à briser les pléonasmes qui nous aliènent, à contrarier les liaisons convenues qui nous piègent, à permettre à notre pensée, enfin, de ne jamais, plus jamais s’arrêter », proposa il y a peu (sitaudis) Alain Frontier…

______________________
rencontre avec Bruno Fern
pour la publication de reverbs (phrases simples)
[Nous, 2004, 144 p., 14 €]
ce jeudi 13 mars à 19h30
librairie Texture — 94, avenue Jean-Jaurès, à Paris, XIXe arr.



vendredi 7 mars 2014

hauts ciels de Lucien Suel



Ambulant panthéon

Jack Kerouac trace le chemin.
Neal Cassady change de voiture en roulant.
Ken Kesey souffle dans l’alkool-aid test.
Blaise Cendrars peut encore faire de l’auto-stop.
Bashô consomme trois litres de thé aux cent kilomètres.
Benoît-Joseph Labre boucle son chapelet de sécurité.
Germain Nouveau fait la manche au péage sur l’A7.
Arthur Rimbaud conduit en état d’ivresse.

(page 119)
in
Lucien Suel
JE
SUIS
DEBOUT

« Je suis debout devant le vieux terril dans l’air humide d’une matinée d’automne. Je m’ouvre à son histoire. »

Recueil de liberté libre : alexandrins trouvés (« Caisse primaire d’assurance maladie »), vers justifiés [ô combien...], hommages, justes reconnaissances, jouissives réécritures piratées d’Arthur, Béatitudes nouvelles, Maximes du trou (« Aux sept trous naturels du corps humain, les stigmatisés comme saint François d’Assise, le Padre Pio, Thérèse Neumann ou Marthe Robin en ajoutent cinq autres »), recettes de soupes et retours au jardin, souvenirs des Flandres et flashes de l’Artois, collages, calligrammes, pop, be-bop & modern jazz, bestiaires (« hareng yin & hareng yang, orignal de Montréal, loup-garou tout partout »), Défense de la forme interro-négative (« Ne devrait-on pas, à cause de leur nom, obliger les pestiférés à toujours se déplacer par le train ? ») & haïkus ; fervents et fermes ferments.

« Voici les poètes rares et leurs visions sioux. »
______________
Lucien Suel, Je suis debout
La Table Ronde, 2014, 152 p., 16 €

*   *   *


Que l’on accompagnera — ou pas — du tout premier roman de Lucien Suel, 
dévoyant le recueil de poésie de Rémy de Gourmont, Le Latin mystique (1892). Cette exhumation, empreinte de l'esprit fin-de-siècle ou décadent, où l’on retrouve fantasmes sexuels, symbolisme, pratiques religieuses sectaires, paradis artificiels, pulsions mortifères et complaisances existentielles — qui est aussi un « mix(te) » des aventures violentes du détective Mike Hammer, créé par Mickey Spillane, et des lettres à son père par la sœur carmélite Thérèse de Jésus —, embarque le lecteur dans un tourbillon de délires hallucinogènes…

[ texte à peu près de l’éditeur ]
____________________________________
Lucien Suel, Le Lapin mystique, roman circulaire
La Contre Allée, Lille, 2014, 96 p., 8,5 €




mercredi 5 mars 2014

FRONT POPULAIRE DANS LA RUE


par Georges Bataille

Le régime démocratique qui se débat dans des contradictions mortelles ne pourra pas être sauvé. Ce qui domine la situation actuelle, en France, c’est que la succession du régime est ouverte.

Le Front Populaire, sous sa forme actuelle, n’est pas et ne se donne pas comme une force organisée en vue de la prise du pouvoir révolutionnaire. Il doit donc être transformé, en libérant le mouvement interne qui l’anime dans la rue, en Front Populaire de Combat.

Nous disons, nous, que cela suppose un renouvellement des formes politiques, renouvellement inévitable dans les circonstances actuelles où il semble que toutes les forces révolutionnaires soient appelées à se fondre dans un creuset incandescent.

in














mercredi 26 février 2014

lundi 24 février 2014

coups de foudre



— Du « O » :
Il se noya dans un cercle lorsqu’il confondit l’eau avec une quinzième lettre solaire.

ou duo :
La lune est parfois ronde pour nous donner une raison de vivre sur une planète imparfaite.

noir :
L’encre noircit notre parole afin de glorifier l’énergie nocturne d’un alphabet sidéral.

ou blanc :
Il attendait l’hiver pour contempler sa page blanche qui s’illuminait sous une neige inespérée.

chiffres :
Les lettres étaient magiques s’il pensait avec son corps pour éprouver une expérience mystique.

& l’être :
Ses doigts ne touchaient plus son clavier car il dictait ses phrases afin d’incarner sa foi en l’alphabet.

— en bas :
Il remplaça  chaque lettre par un point et il suspendit l’écriture à une fin inespérée ……………………………….
……………………………………………………………


Infinie giration d’un espoir irraisonné s’exprimant par la grâce de vingt-six vers irréguliers fois soixante-dix pages cosmiques qui engendrent mille huit cent vingt lignes sidérales

ou

Vingt-six lignes irrégulières fois soixante-dix pages mesurées enfantent mille huit cent vingt vers sidérants.

______________________________
Courants blancs, de Philippe Jaffeux
Atelier de l’agneau, 2014


mercredi 19 février 2014

pâte-à-caisse

À Hollywood
il vaut mieux ne pas confondre
Howard Hughes
avec
Howard Hawks

Au Havre
il vaut mieux ne pas confondre
une hygiène douteuse
avec
une hyène rieuse

À Honolulu
il vaut mieux ne pas confondre
Bill Halay
avec
Johnny Hallyday

jeudi 13 février 2014

du propre


Vous vous étonnez de cette insistance à propos de l’onomastique quand, à 12 ans, j’obtins de ma mère que le facteur me distribue une fois par semaine (le mercredi ? le jeudi ?) un exemplaire du Journal de Mickey où l’oncle d’Amérique — Picsou, un capitaliste — se baignait dans une piscine remplie à ras bord de pièces d’or (un coffre-fort), refusant le premier dollar à son neveu Donald — Duck malchanceux —, où les bandits (à loup) s’appelaient les frères Rapetou, et où apparut un jour le personnage d’Hägar Dünor, un Viking à la barbe rousse…


samedi 1 février 2014

A Balzac A Rodin


14, bis rue de la Grande-Chaumière — Paris VI

jeudi 6 février à 18 h 30

double-double ou fifty / fifty

dimanche 26 janvier 2014

Williams




Jonathan Williams
Portraits d’Amérique
traduits et édités par Jacques Demarcq
introduction de Rachel Stella
(pages 22-23)

mercredi 22 janvier 2014

— Dites 33 !



La schizophrénie ?
Le ça en direct !
La paranoïa aiguë ?
Es vous parle !
La névrose obsessionnelle ?
I paraît ksa guérit pas !
Le delirium tremens ?
C’est pas joli-joli à voir !
Les calculs rénaux ?
C’est pour les têtes enflées !
L’autisme ?
C’est l’inflammation des oreilles !
Les oreillons ?
Hippocrate en parlait déjà !
Le délire de persécution ?
Un cas sur 100 000 !
La fracture du péroné ?
ça s’ souhaite à personne !

[...]

[carnet de santé]
16 pages, déc. 2013