lundi 27 juillet 2015

( ouaouh )


Ren Hang (1987 Changchun [Chine]-)

vendredi 24 juillet 2015

vendredi 26 juin 2015

Pina



Cette modèle de Newton
Pour ses photos se déboutonne
Entrant dans la gueule du crocodile
Elle songe qu’aucun deal
Exigé par Helmut ne l’étonne.

mercredi 24 juin 2015

apogée

Cet architecte prénommé Roger
Avait élu domicile à Tanger
C’était un anatomiste très doué
L’un des plus exercés
Pour atteindre le point G.

lundi 22 juin 2015

Ophiologie


Izis 
Parade de Freda Lambert à la Foire du Trône, Paris, 1956

samedi 20 juin 2015

arg H ument


H ! Hache ! Hasch ! Hallucinations de la lettre H suite impromptue mais « logique » de A As Anything. Anthologie de la lettre A (Nous, 2010)présente en quelque quatre-vingt-dix « pages utiles » une somme, un compendium, une composition sur la lettre — fantôme, esprit — Huitième…

… soit les hantises propres au « pied de la lettre » et les vagabondages lexicologiques, historiques

entre le « H » — la lettre même, muette ou aspirée (fantaisies alphabétiques & typoésie),
la Hache — pour la franche coupure —, le tranchant, le cut, découpage & montage,
et le Hasch
— soit les expériences (textuelles) d’un ou de plusieurs hallucinogènes.

C’est informé, drôle, visuel, multi-piste, et ça peut parfois même faire frémir…


L’« H » et non « lâche ! »



mardi 9 juin 2015

Zola

Cette paysanne de Bécassine
A ce petit quelque chose qui les fascine
Recluse en son humble galetas
Garni d’un simple matelas
Elle lave son con dans une bassine.

mardi 2 juin 2015

7 / 7

Cette habitante de Sète
Pratiquante du 5 à 7
Y invitait souvent un cheik
Deux ou trois évêques
Et de quatre à six ascètes.

lundi 1 juin 2015

singe

Sabrina qui faisait la secrétaire
Etait assez autoritaire
Assise au bord du bureau
En commençant son numéro
Elle me faisait signe de me taire.

dimanche 24 mai 2015

Tokyoïte


Cette ambassadrice du Japon
Porte de délicats jupons
Dans le recueil du Kâmasûtra
Elle a choisi le nec plus ultra
— La position dite du « petit pont ».

samedi 23 mai 2015

univoque


Ce névrosé sorti du Cantal
N’empruntait qu’un seul canal
Une sexologue appelée Chantal
Lui annonça : « Tout semble normal
Vous êtes bloqué au stade sadique-anal. »

lundi 18 mai 2015

à la fille de Jean-Marie




Jean-Claude Mattrat — 9 avril 2015

(véritables anagrammes faites à la main) 

dimanche 17 mai 2015

méthode

Cette poétesse née à Halifax
Ne s’encombre guère de la syntaxe
Pour confectionner de forts limericks
Elle y glisse des rimes en X
+ 1 époustouflant hapax.

vendredi 15 mai 2015

légende


Quand la jeune Nathalie exigea que
Un jeune mec lui donnât sa queue
Sisoko lui rétorqua que
La sienne était une trique
Et qu’elle venait d’Afrique.

lundi 11 mai 2015

miss lala

Cette circassienne du prénom d’Anaïs
En équerre grimpe à la corde lisse
Avec quelle (belle) souplesse
Elle mont(r)e ses fesses
Sans une once de vice.

lundi 4 mai 2015

Jeudi 7 mai à 19h30

à la librairie Texture

Benoît Casas présente :

Le commun des lecteurs
épisode 5

Jacques Barbaut 
lira-parlera d’Alfred Jarry 
et de Maurice Roche.

Jacques Demarcq 
lira-parlera de Charles Baudelaire 
et de Louis-Ferdinand Céline.


Texture
94, avenue Jean-Jaurès
75019 Paris
M°  : L(a)umière

caprice

Cette énergumène de Sacha
Qui a l’esprit dada
Prétend ne pouvoir jouir
Que besognée par un fakir
Et dans un lit Ikea en lisant Tristan Tzara.

mardi 28 avril 2015

jeudi 23 avril 2015

samedi 18 avril 2015

minimaliste

« […] A l’origine, chaque section était une page ou un groupe de pages agrafées. N’importe quel nombre d’entre elles peut être lu dans n’importe quel ordre. L’ordre et le choix se laissent déterminer au hasard, apportant ainsi des relations nouvelles entre les parties et par conséquent des sens nouveaux. […] »

note liminaire à Conférence 1960
(Eolienne(s), traduction de Marc Dachy, 1998, 48 p.)



« La Monte Young est né dans une cabane en rondins à Bern, dans l’Idaho, dans une petite communauté mormone. Ses parents sont très pauvres, son père est berger. » 


vendredi 17 avril 2015

Qu’est-ce que saponifère ?

A Marseille, il rappelle aux ados les bienfaits hygiéniques et les vertus civiles
que procure ou révèle l’usage minimal quotidien d’un pain
ou d’une boule, d’un lavabo (ou d’une bassine)
[d’un gant ou d’une éponge]
et d’un peu d’eau
fraîche
.

Ceux-ci — en glissant — lui répondent en chœur :

— Savons savons !




mardi 14 avril 2015

( . ) ( . )

Cette entraîneuse de Luchon
Est payée aux bouchons
Des bouteilles de champagne
Qu’elle gagne
Grâce à ses beaux nichons.

dimanche 12 avril 2015

le Jardin des Plantes


Cette marginale prénommée Marie-Jeanne
Avait pour manies de passer de liane en liane
— de marcher sur une poutre —
De nager comme une loutre
(Et d’engloutir moult  b a n a n e s).


samedi 11 avril 2015

Roger Gilbert-Lecomte

(Reims, 1907-Paris, 1943)



Suppositions mortelles

I

Un jour se réveiller tout noir
Et privé du seul don de la vie de délire
La souffrance

II

Ou bien juste une seconde
Après la fin du monde
A jamais réveillé sans rien dans le blanc

III

S’endormir
Se rêver mort
Ne plus jamais se réveiller



jeudi 9 avril 2015

t H omas bern H ard

goet H e se m eurt





Goethe schtirbt [au lieu de Goethe Stirbt]

Trad. de l’allemand (Autriche) par Daniel Mirsky

mercredi 8 avril 2015

g H ost

À cette époque, la règle : « devant h aspiré, la liaison et l’élision ne se font pas » était correcte. Mais actuellement cette formule est vide de sens ; l’h aspiré n’existe plus, à moins qu’on appelle de ce nom cette chose qui n’est pas un son, mais devant laquelle on ne fait ni liaison ni élision. C’est donc un cercle vicieux, et l’h n’est qu’un être fictif issu de l’écriture.


                                                      Ferdinand de Saussure

Cours de linguistique générale

(p. 52-53)

samedi 4 avril 2015

(71)

Teint chocolat, venue du Niger
(Plastique de Miss Univers)
Cette artiste de la bonne chair
(Qui en a une belle paire)
Fait la totale avec son derrière.

mercredi 1 avril 2015

dimanche 29 mars 2015

T’chin’ !


*   *   *

Carte postale : Île de Groix (Morbihan)

17 - 8- 1964 (cachet de la Poste) 

Je n’ai jamais vu autant de bistrots au mètre carré. On ne peut pas tous les faire — c’est désespérant, cette quête de l’absolu jamais atteint.
Pense à l’almanach, j’y pense et m’y mets dès mon retour.
à toi.

Fr. Caradec

François Caradec & Noël Arnaud
Du Lérot, éditeur (2015)

vendredi 27 mars 2015

( o )


M. C. Escher
Œil (1946, manière noire)

dimanche 22 mars 2015

anagrammes



Cinq Preuves irréfutables de l’existence de Dieu

Apôtre & global (s. l. n. d.)

(première preuve par le mouvement)

source

mercredi 18 mars 2015

This is not a novel

« Le comble de l’absurdité en matière de non-sens pur — ou dans le mélange de non-sens dans des masses extravagantes de mots, auparavant l’apanage des asiles de fous — fut atteint par Hegel. »
A dit Schopenhauer.

David Markson, Arrêter d’écrire
Le Cherche Midi, coll. « Lot 49 », 2007 (p. 70)

traduit par Claro

mardi 17 mars 2015

bêtise

Dionys Mascolo, qu’il faut de nouveau citer ici, parlera pour sa part, parlant de Heidegger justement, de la « bêtise de l’intelligence même ». Je le cite : « Force il y aurait donc bien, en un sens dont l’humour échappe au penseur, lequel, sinon, se serait avisé que traiter de l’intelligence en termes de puissance est la fortifier dès l’abord de bêtise. Ainsi s’expliquerait l’existence de ce phénomène remarquable et bien connu, auquel il n’est personne qui ne soit heurté à un moment ou à un autre, et qui est la bêtise de l’intelligence même. » Lignes qui visaient Heidegger donc ; qui ne visaient pas que lui, sans doute ; qui visaient Sartre aussi, mais pour d’autre raisons ; qui étaient cependant assez bien faites pour viser Blanchot lui-même, par un effet de retour inattendu ; pour les mêmes raisons que Mascolo disait que celui-ci, attaquant Heidegger, s’accusait du coup (je rappelle ses mots : « très certainement en pensant à lui-même »). Il n’y pas jusqu’aux plus grandes pensées à ne pas échapper à la bêtise. On peut même en faire l’hypothèse : toute grande pensée comporte sa propre part de bêtise inhérente, constitutive, et sans doute proportionnelle. L’erreur de Blanchot est possible, et est du même ordre que celle de Heidegger (à un degré cependant moindre de solennité et de puissance) ; sa bêtise l’est d’autant, qui en a revêtu l’éclat immédiat, mais s’est entouré de durée : c’est longtemps que Blanchot a été ce que Heidegger fut aussi au même moment (un temps long, sans aucun doute, mais dont tout le monde dispute de la longueur) ; et c’est aussi longtemps que l’un et l’autre le dissimulèrent (autant que chacun le put, Heidegger moins que Blanchot) ou ne le reconnurent pas (ou pas sans réticence ni atténuation).

Michel Surya
L’Autre Blanchot. L’Ecriture de jour, l’écriture de nuit.
Gallimard, coll. « Tel » (inédit), 2015
(p. 23-24)




samedi 14 mars 2015

bilinguisme


pour une saine compréhension intercommunautaire

mardi 10 mars 2015

lundi 2 mars 2015

James Baldwin

Avant



(1976)

Après


— 2015 —

Première édition française intégrale


Je n’oublierai jamais. Je ne sais même pas si je suis capable de décrire ce qui se passa. D’un seul coup, tout se figea pour devenir une parodie d’horreur à la manière des Marx Brothers. Chaque visage blanc prit l’immobilité de la pierre. L’arrivée du messager de la mort n’aurait pas eu un effet plus foudroyant que l’apparition, sur le seuil de ce restaurant, d’un petit homme noir, sans armes et complètement stupéfait. J’avais compris mon erreur dès que j’avais ouvert la porte : mais la véritable terreur qui se peignait sur chacun de ces visages blancs – personne ne bougea – me paralysa. Nous nous regardâmes fixement, sans prononcer un mot.
Le charme fut rompu par une de ces femmes qui, j’espère, n’existent que dans le Sud, au visage semblable à une hache rouillée, aux yeux tels deux clous rouillés – des clous de la Crucifixion. Elle se précipita vers moi comme pour me battre et aboya – car sa voix n’avait pas son humain. « Qu’est-ce que tu veux, mon garçon, qu’est-ce que tu viens faire ici ? » Puis, avec le geste de recul qu’on a devant un lépreux : « Par là. C’est par là. »
Je ne savais absolument pas de quoi elle parlait ; je reculai vers la porte. 
« C’est par là, mon garçon », dit une voix derrière moi.
Sur le trottoir, vide une seconde plus tôt, se tenait un homme blanc, sorti de nulle part. Je le fixai d’un regard vide. 

(p. 76)

jeudi 26 février 2015

hum er


... une suave fragrance.

dimanche 22 février 2015

la bonne méthode


ECOLE A.B.C. DE REDACTION


CECI DOIT CONVAINCRE LES INCREDULES

Tout le monde ne peut pas être Pascal et réinventer d’instinct.

Ne continuez pas à végéter... Vous êtes guidé personnellement
par des écrivains connus tels que Gaston PICARD,
Maurice Ch. RENARD, Jean MAROTTE.

jeudi 19 février 2015

ondes alpha


Maurice Roche

Opéra Bouffe

roman

Editions du Seuil, collection « Tel Quel »

(1975, 112 p.)


De peur qu’un quelconque aveugle ne braille
de peur à ta place, provoque le cri étouffé
d’une onde hurlante heurtant les parois à
l'intérieur de ton crâne


vendredi 13 février 2015

la tragédie des stagiaires

Selon un sondage récent, 79 % des Français déclarent que DSK — qualifié à l’envi de « meilleur économiste de France », cet homme qui avoue ne pas pouvoir, ou savoir, distinguer entre les prestations d’une amante bénévole et celles d’une travailleuse, ou professionnelle, dûment rémunérée — aurait fait un meilleur président de la République que l’actuel occupant du palais de l’Elysée.

mardi 10 février 2015

échos


• Soumission, de Michel Houellebecq, est best-seller (ou « meilleure vente ») depuis sa sortie en France – mais aussi en Allemagne et en Italie –, un record historique qui « confirme la capacité de l’auteur à toucher au cœur des angoisses occidentales ».
« Être numéro un des ventes dans trois pays européens en même temps, c’est du jamais vu de mémoire d’éditeur, a confié Flammarion, son heureux éditeur français. Houellebecq est même passé devant le dernier Umberto Eco en Italie. »

• A la barre, DSK, lui, a déclaré à Lille : « Moi, j’aime que ce soit la fête. »

mardi 3 février 2015

Humour


in

HUM !

FRED

(Dargaud, 1974)

mercredi 28 janvier 2015

au piano



à  l’u-na-ni-mi-té

lundi 26 janvier 2015

7 ans de réflexions



barbOtages — ce ci-devant blog —, surgi le 26 janvier 2008,

présente six cent soixante-trois (y compris celui-ci) posts

(sans publicité) à ce jour

(et six cent cinquante et un commentaires).


— On continue ?...

jeudi 22 janvier 2015

lundi 19 janvier 2015

8

 c H o r o n

                   H a r a - k i r i 

         c H a r l i e

                  H e b d o



         c H a r b

jeudi 15 janvier 2015

en -i

Cette donzelle qu’on appelait Zazie
Etait une geisha venant d’Asie 
Elle savait des trucs de ouf, des bizarreries
Des spécialités et des chinoiseries 
Ainsi que des perversions quasi.

mercredi 14 janvier 2015

en -in(t)

Cette demoiselle de Pékin

Confond sa bouche avec son vagin

Elle maquille en carmin

Son énorme clito et peint

Ses grandes lèvres couleur vin.



lundi 12 janvier 2015

sont morts sous les balles

Alfred Jarry

Alphonse Allais

Cami

Jacques Vaché

Jacques Rigaut

Pierre Dac

Chaval

Reiser

Gébé

Professeur Choron

Cavanna

Coluche




de rire

dimanche 11 janvier 2015

je suis



musulman
juif
chrétien
dessinateur
correcteur
honoré
policier
femme
homosexuel
putain
journaliste
poète

je suis
ce jour



jeudi 8 janvier 2015

samedi 3 janvier 2015

jeudi 1 janvier 2015

atomique

     au  sortir  d’écrire  un  livre  impossible  de
marcher   dehors   sans   être   en   suspension
excessive   des   tendons,   d’où   rebonds   à
trébuchés d’air ahuri comme si tout était plus
simple qu’un texte et beaucoup trop lisse, plus
idiot  mais  aussi  plus  complexe  et  plus  flou,
plus inexplicablement déraisonnable

David Lespiau
Poudre de la poudre (p. 24)


Le bleu du ciel, nov. 2014 (48 p., 10 €)

lundi 29 décembre 2014

mot d’hauteur


Notre bonne amie est en sueur :
il faut dire que le point de vue
est bigrement élevé !

in Grosse Chaleur
Guillaume Pô, 2014

pour M[arc} D[écimo], même


(Elle a chaud : haut, c’est !)

mercredi 17 décembre 2014

Martin Gale



LE DISCIPLE : Sur le long terme, peut-on
gagner à la roulette, maître ?

LE MAÎTRE : Bien entendu, disciple. Il suffit
de posséder le casino.


___________________________________
Ed. Nous, « Disparate », MMXIV

mardi 9 décembre 2014

Tiercé nouveau de l’oulhippisme


Lorsque la hulotte ulule : Ou !
Je m’horripile dans mon lit
Puis j’évoque sur mon pipeau

Un Chinois vêtu de pilou
Qui trempe à plus de mille li
Trois poils de martre dans un pot

Et peint sur soie un docte loup
Dont le regard sénestre lit
La formule à changer de peau

Pour mieux voler je ne sais où
Vers un archange mal poli
Méditant les trous d’un drapeau

Tandis que Tintin et Milou
Las de voir le temps faire un pli
Prennent refuge à l’Oulipo.

Albert-Marie Schmidt

in Oulipo. La Littérature potentielle
(Créations Re-créations Récréations)
Idées/Gallimard, n° 289
1973 (p. 15)


vendredi 28 novembre 2014

D. & G.


« Nous avons vu pourtant que la terre ne cesse d’opérer un mouvement de déterritorialisation sur place par lequel elle dépasse tout territoire : elle est déterritorialisante et déterritorialisée. Elle se confond elle-même avec le mouvement de ceux qui quittent en masse leur territoire, langoustes qui se mettent à marcher en file au fond de l’eau, pèlerins ou chevaliers qui chevauchent une ligne de fuite céleste. »




Minuit, coll. « Reprise » 2005 [1991], p. 82
chap. « Géophilosophie »



vendredi 21 novembre 2014

biographème

Cité Falguière, atelier de MontParnasse, Chaïm Soutine qui installait à tremper les Pieds de son lit dans quatre boîtes de conserve remplies d’eau Pour éviter que les Punaises ne grimpassent la nuit pour l’assaillir jusqu’au matelas de son grabat (de misère).

mardi 18 novembre 2014

samedi 1 novembre 2014

Oniromancie


« Si la femme dans une vision accomplit la prière quelle que soit l’heure du jour elle n’aura pas ses règles ce mois-là et risque de tourmenter beaucoup les hommes. C’est signe qu’une grande peur noire va s’abattre sur la région. En tout cas une grande peur dans l’âme aux hommes. Et si la femme pendant qu’elle prie entend des voix lui dire d’endosser une armure et de porter le fer sur l’ennemi elle ferait mieux de rester sur ses gardes. De rester à garder ses bêtes. Elle ferait mieux de se garder des hommes. Les voix sont équivoques et peuvent vouloir la chahuter ou la voir monter sur une pile de bûches. »

Antoine Brea, Roman dormant, Le Quartanier, Montréal (Québec), 2014, p. 52-53


*
*   *
(Explicit le Roman Dormant
Qui est d’or mais par endroits ment.)