mardi 6 juillet 2010


Je sais nager, je sais voler. Formidable. Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est tout simple : ne pas savoir nager, c’est être à la merci de la rencontre avec la vague. Alors, vous avez l’ensemble infini des molécules d'eau qui composent la vague ; ça compose une vague et je dis: « c’est une vague » parce que ces corps les plus simples que j’appelle « molécules », en fait, ce n’est pas les plus simples, il faudra aller encore plus loin que les molécules d’eau. Les molécules d'eau appartiennent déjà à un corps, le corps aquatique, le corps de l’océan, etc., ou le corps de l’étang, le corps de tel étang. C’est quoi la connaissance du premier genre ? C’est : aller, je me lance, j’y vais, je suis dans le premier genre de connaissance : je me lance, « je barbote » comme on dit. Qu’est-ce que ça veut dire « barboter » ? Barboter, c’est tout simple. Barboter, le mot indique bien, on voit bien que c’est des rapports extrinsèques. Tantôt la vague me gifle et tantôt elle m’emporte ; ça, c’est des effets de choc. C’est des effets de choc, à savoir : je ne connais rien au(x) rapport(s) qui se compose(nt) ou qui se décompose(nt), je reçois les effets de parties extrinsèques. Les parties qui m’appartiennent à moi sont secouées, elles reçoivent un effet de choc des parties qui appartiennent à la vague. Et alors tantôt je rigole et tantôt je pleurniche, suivant que la vague me fait rire ou m’assomme, je suis dans les affects-passion.

Gilles Deleuze
transcription du cours du 17 mars 1981 (Vincennes)



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Il y a, dans ce texte, de l’inconfort pour le lecteur, qui n’est pas celui du nageur - ou apprenti nageur - dans la vague. Provient-il du style faussement naïf, ou de l’intrusion, à mi-déclaration, d’un verbe qui rompt l’idée et le rythme, puis peine à les recréer ?
Le canard barbote, avec toute la douceur et la décontraction qu’on lui connaît, et qui sont si plaisantes à contempler.
L’homme barbote aussi, mais dans une vague je ne pense pas, tout au plus dans des vaguelettes, ou mieux dans une eau plus lisse.
Barboter ne me semble en tout cas pas impliquer pareille lutte avec les molécules liquides.
Sans l’intrusion du mot fatal, les mots glissaient, sans peine, acceptés, dans le cerveau, M. Deleuze.
S.

Monsieuye Am Lepiq a dit…

S., je vous suis 5 sur V, si j'ose dire...