samedi 22 août 2009

Ma(urice/rie-Groë)tte



— Mauricette ! Fais attention ! N’va pas tout près d’eulle rivière ! Marie-Groëtte, elle va t’tirer au fond !
C’était la mise en garde de Mémère Beaussart à sa petite-fille lorsque celle-ci s’approchait un peu trop de la Lys qui coulait au bout du champ de pommes de terre à Saint-Venant. Les grands-parents paternels de Mauricette étaient de petits fermiers. À force de travail, Joseph Beaussart était passé du statut de fermier à brouette à celui de fermier avec un cheval.

(septembre 2009, incipit)

—————
(reçu ces jours)

3 commentaires:

fleuretsel a dit…

un bonjour de fantômette
de retour de bayonne

le taureau est en sang
l'arêne Mer gagne elle
bien fait torrero!

pour comprendre il faut l'haiku d'avant mais je vous laisse réfléchir c'est plus drôle

Monsieuye Am Lepiq a dit…

Bayonne bâillonne

Taureau encens

Tord héros !


(mais ce n'est pas un haiku…)

Lucien Suel a dit…

Cher Monsieuye, votre graphie fait apparaître magistralement le lien existant entre le groë(t) et Marie-Groëtte (lien explicité par l'héroïne même, page 164 du roman),ainsi que le lien (non explicité) entre Mauricette Beaussart et Maurice Boissard...