jeudi 17 janvier 2019

« à bruit secret »



Jean Jacques Lequeu, dessinateur en architecture, de Philippe Duboÿ (Gallimard, « Art et Artistes », 320 p., 89 illustr., 2018, 26 €), sans trait d’union, dédicacé à Jean Adhémar, ancien directeur du cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, publication qui accompagne l’exposition parisienne du Petit Palais « Jean Jacques Lequeu, bâtisseur de fantasmes », du 11 décembre 2018 au 31 mars 2019, 

qui est une réécriture, une autre version de

Jean Jacques Lequeu, une énigme, de Philippe Duboy — sans le tréma, signe infra-mince (beau livre, relié grand format, Hazan, 368 p., 1987),

qui est une réécriture, une autre version de sa thèse de troisième cycle (EHESS, 1987) en histoire de l’architecture (dans le sillon d’Emil Kaufmann,  « inventeur » des trois architectes révolutionnaires utopistes visionnaires : Boullée, Ledoux, Lequeu…), sous la direction d’Hubert Damisch, intitulée 

L'Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (1757- ?) : « ready-made rectifié » par Marcel Duchamp (1887-1968), 

qui est l’un des plus vastes canulars — une féerie ? une « folie » ? une supercherie ? un artefact ? une mystification ? une provocation ? une farce ? un jeu ? — jamais fomentés, pataphysicien sans le secours du Collège, plein jusqu’à la gueule des noms de Raymond Roussel (le théâtre sur rails en mou de veau, l’Etoile au front, la Poussière de soleils…, roué Rouen…), de Michel Leiris, de Francis Picabia, de Palladio, du Corbu, de Charles Fourier, d’André Breton, de Lacan, de Barthes, de Derrida, de Foucault… 

soit une roulotte à transformations, un problème d’échecs, une machine infernale, un kiosque-à-phantasmagories, qui se surajoute au mystère-en-tant-que-tel.

*   *   *

Etant données :

L.H.O.O.Q.

1° La chute d’eau (H deux O)

L. Q.

2° Le gaz d’éclairage

La torche-Lequeu




Aucun commentaire: