vendredi 2 mai 2008

le cas Roussel



Pour ne plus voir ces idolâtres
Je travaille en fermant les yeux,
Sans souci de ces roussellâtres
Qui me mettent au rang des dieux.


Raymond Roussel (Paris 20 janvier 1877 - Palerme 14 juillet 1933).
« Mon Âme »
(poème écrit à dix-sept ans, publié à vingt, dans Le Gaulois, 12 juillet 1897)

2 commentaires:

armal a dit…

Pour ne plus voir ces idolâtres
Je travaille en fermant les yeux,
Sans souci de ces HUGOLÂTRES
Qui me mettent au rang des dieux.

hugolâtres, rime riche à idolâtres

Armal

Monsieuye Am Lepiq a dit…

Mon âme est une étrange usine
Où se battent le feu, les eaux...
Dieu sait la fantasque cuisine
Que font ses immenses fourneaux.


incipit